Paon

Forcément, je reviens écrire au sujet de mon nouveau compagnon. Le paon ne me quitte plus, il est avec moi tous les jours, il ne rate aucune occasion !

Au commencement, je n’imaginais pas que le paon deviendrait mon animal totem, je ne savais d’ailleurs pas ce qu’était un animal totem, et encore moins que l’on pouvait y croire, surtout moi.

À force de croiser mon paon, j’ai commencé à faire quelques recherches si et là, grâce à « google est ton ami », et m’ouvrir à cette curiosité.

On dit que « ceux qui ont le paon pour animal totem avancent sur un chemin sacré, spirituel, et sont emplis d’amour pour la vie entière ». Lorque je lis cette phrase pour la première fois, c’est une telle évidence que je m’empresse de poursuivre mes recherches. Je suis depuis trois ans dans une telle quête de mon « moi », que mon paon devient mon guide, il me montre le chemin, qui je sais est encore long.

« L’apparition du paon nous suggère de nous concentrer sur le neuf, le nouveau et de laisser le passé derrière soi. » Et c’est exactement ce que j’entreprends, et le paon m’y encourage avec sa présence. J’ai partagé avec mes proches mon histoire avec le paon, et je suis là aussi encouragée comprendre. Je reçois beaucoup de photos de paons, ce qui me conforte encore plus dans mes choix, car ce ne sont que des pensées d’amour des miens, dans ma curiosité

Mon paon d’aujourd’hui est beau, il est le fruit de ma nièce, ma carte d’anniversaire reçue aujourd’hui, confinement oblige. N’est-il pas doux ce paon ?

Le paon est certainement présent pour que je développe ma confiance en moi et gagner en alignement ! Je vais donc poursuivre et continuer à travailler avec lui, pour une vie meilleure !

Prenez soin de vous ❤

Âme d’enfant

Un drap blanc, des pinceaux, de la peinture, une maman pour t’accompagner et t’encourager à créer, voilà de quoi réveiller mon âme d’enfant !

Merci à nos bienfaiteurs, où qu’ils soient. Merci aux humains qui prennent soin de l’humanité, et nous montrent le chemin.

Ce message de gratitude accroché au balcon nous rapproche de nos bienfaiteurs, et nous engage dans une démarche c’est évident, mais laquelle ? S’améliorer ? Devenir meilleure ?

Quelque soit l’objectif, l’action fait un bien fou ! Quelques minutes suspendues dans le temps à réaliser cette banderole, m’apporteront de belles années, car chacun de ces petits cœurs venaient de mon cœur.

Prenez soin de vous ❤

État de manque

« Ce sur quoi je mets de l’attention prend de l’expansion »

Bientôt un mois, avec moi, et rien ne semble me manquer, rien.

Quand tout le monde semble commencer à ressentir de vrais manques, moi non.

Alors je m’interroge … certain manque de soin, de nourriture, d’argent, de reconnaissance, d’amour, de soleil, de terrasse, de voyage … je m’interroge.

Confinée, avec ma Maman. Je suis l’enfant, dont on prend soin. Salariée, je télétravaille. Je suis le manager qui prend soin de son équipe, en restant égale à elle-même. Amie, soeur, tata, je prends soin de rester en contact, et aimer à distance.

Confinée donc, je continue à gagner ma vie, salaire, prime, intéressement … et je fais des économies au passage. Privilégiée, j’ai la sécurité de l’emploi, pendant et après la crise. Investie, passionnée, je suis mobilisée, je ne m’ennuie pas.

Ma vie est luxueuse par les temps qui courent, fait rarissime dans la cité où je suis confinée, où les dealers sont seuls à profiter du soleil sous ma fenêtre grand ouverte, et seuls à prendre soin de leur client, avec moi.

Je ne manque de rien, je suis « abondance ». J’aime me réveiller chaque matin dans ma chambre d’adolescente, par le poste de radio allumé par Maman.

J’aime nos déjeuners et dîners à deux, j’aime nos applaudissements au balcon chaque soir. J’aime, quand je suis à mon bureau, entendre « je peux passer ».

J’aime mes visios matinales et hebdo avec mon équipe, j’aime me lancer de nouveaux défis au quotidien ! J’aime terminer ma journée et choisir le programme du soir à regarder !

J’aime manger du fromage et me couper une part de gâteau au yaourt ! J’aime voir cet arbre qui fleurit un peu plus tous les jours !

Prendre soin des uns et des autres, est une chance. Être active est une chance. Je suis reconnaissante. Merci !

Quand cela finira, cela me manquera, allez comprendre !

Prenez soin de vous ❤

Routines

Pour bien vivre son confinement ou mieux que mal, alors de nouvelles habitudes sont à prendre, dixit tout le monde … Mon lieu de travail étant à deux mètres de mon oreiller, j’en comprends le sens, mais … je procrastine.

Mon cerveau a fait simple : route direction Tours chez Maman pour me confiner au plus près de l’amour avec un grand A, routine 1, se réveiller tous les matins, chez Maman, routine 2, prendre une douche le matin 15 minutes, routine 3, 30 minutes pour déjeuner avec Maman préparé par Maman, routine 4, 30 minutes pour dîner avec Maman préparé par Maman, routine 5, prendre une seconde douche 15 minutes, … routine X, évidemment travailler 11h00 par jour, routine Y, dormir 8h00 par nuit, routine Z, écrans 3h30 par jour … on ne parlera pas des routines du week-end … ni des clopes hein …

Je suis dure avec moi-même, car d’autres routines s’installent, appel quotidien avec mon amie Nawale, annivisio à chaque occasion, messenger activité avec ma nièce, et applaudissements tous les soirs à 20h, et bien sur, ce blog ❤

Je procrastine quand même question routine ! Méditation, sport, lectures … je culpabilise ? Non ! J’y pense ? Oui ! Je ne m’ennuis pas, donc évidemment pour le moment je ne me rends pas bien compte, mais me connaissant, quand je regarderai en arrière, je me dirais, quel gâchis … ce n’était pas ce qu’il y avait dans ma tête … car oui je fais tout ça, mais dans ma tête, et toujours pour lundi prochain !

Pour aujourd’hui, j’ai pris les devants, nouvelle routine : prendre le soleil quand il est là ! Courageux non ?

Prenez soin de vous ❤

Bouillotte

Je ne suis pas RESERBULLIROPHILE, juste nostalgique et reconnaissante.

Nostalgique, car mes premiers amours avec la bouillotte remontent à mon enfance, à la Barbinière dans la maison des mes grands parents, chauffée au poêle à bois, sur lequel y étaient mijotés de bons petits plats de la campagne.

Dans la chambre où je dormais, il y fesait clairement plus froid que dans la pièce de vie, c’est donc avec amour que ma grand-mère déposait chaque soir dans mon lit une bouillotte avant que je m’y couche, sous une couette de plumes d’oie, et d’un édredon haut de 20 centimètres au moins !

Aujourd’hui, dans l’appartement de mes parents pourtant chauffé collectivement par le sol, c’est ma Maman qui dépose chaque soir dans mon lit, une bouillotte, toujours avec amour, répétant ainsi un geste transmis par sa mère, qui me régale toujours autant !

Ma bouillotte m’accompagne toute la nuit, elle me réconforte et me berce. Ma bouillotte réveille mon âme d’enfant, et me transporte. Ma bouillotte réchauffe mon corps, mais surtout mon cœur.

Prenez soin de vous ❤

Confinis

Beaucoup de femmes, d’hommes et d’enfants expérimentent le confinement. C’est pour eux quelque chose de nouveau, que je découvre en écoutant les nombreux témoignages, famille, amis, collègues, interviews, car pour moi, ce n’est pas une expérimentation … ce que je le réalise seulement.

Depuis ma plus tendre enfance, je suis confinée. Protégée par ma mère pendant ma petite enfance, puis par mes deux parents pendant mon adolescence, j’ai longtemps été confinée, privée de libertés.

Aucun centre de loisirs, aucune colonie de vacance, aucune vacance en famille à la mer ou à la montagne, aucun voyage à l’étranger n’ont bercé ma jeune vie, jusqu’à ce que je quitte le foyer à 22 ans, et encore …

C’est donc en appartement, en cité que j’ai vécu plus de la moitié de ma vie, sous haute surveillance parentale, avec un couvre feu quotidien, que je respectais à la lettre, pour ne pas inquiéter ma famille.

Être confinée est donc normal pour moi. Ce qui est anormal pour nous.

J’ai appris à rêver depuis toujours, rêver d’une vie meilleure, rêver d’un moi meilleur. Je m’évade, je m’imagine une vie, et je sais inconsciemment me déconnecter de la réalité sans le moindre effort. Mon corps est là, mais mon esprit, mes pensées sont ailleurs.

Le confinement est une règle que je respecte, et comme beaucoup de règles ce n’est pas un problème pour moi, même si elle n’est pas mienne. Je comprends même difficilement que ce ne soit pas le cas de tous, jusqu’à cette minute où j’ai compris, que le problème, c’est moi.

J’ai exigé de mes proches, ma famille, un respect irréprochable de ce confinement, jusqu’à donner une vision sombre du futur, qui d’ailleurs se produit … je sais aussi maintenant pourquoi je suis si exigeante, se sont mes propres peurs qui me poussent à agir ainsi, sans même les connaitre.

En d’autre termes, il me reste du chemin pour connaître la liberté, car même confinis je me sens libre, alors que je ne le suis pas.

Prenez soin de vous ❤

Froid

Comme tous les soirs depuis lundi, j’ai froid. Pieds et mains gelés, j’ai froid. Frissons, j’ai froid.

Je me pose La question. Suis-je contaminée par le COVID-19 ?

À cette question, un test de dépistage est possible, pour en obtenir une réponse. Mais avoir froid, ce n’est pas suffisant. Pas assez inquiétant pour solliciter les équipes du 15, mais cela reste inquiétant, car avoir froid, c’est potentiellement un symptôme, du COVID-19.

Mais avoir froid c’est aussi un signe de fatigue. Alors COVID-19 ou fatigue ? Je ne saurai peut-être jamais, et ça me va aussi, sauf si je suis un danger pour les autres … c’est là, la seule inquiétude finalement.

J’ai froid, mais mon cœur est chaud, et cela ne changera pas, seule certitude de cet article de ce soir.

Prenez soin de vous ❤

Ubiquité

#totem

Il m’a trouvée dans l’enfance, mais j’étais encore trop jeune pour le voir, il m’a retrouvée adulte, je l’ai laissé venir à moi, je suis à son écoute à chaque fois qu’il se présente à moi.

Il n’y a pas une maîtresse à qui je n’ai pas offert un bouquet de plumes, pas un été sans les ramasser à « La Barbinière », somptueuses, ces plumes me laissent si rêveuse. Ces couleurs sublimes ont toujours attiré mon œil, mon coeur, et plus encore maintenant.

Le paon, majestueux, est devenu mon animal totem, il me montre un chemin, celui de l’amour pour la vie. Depuis que j’ai pris conscience de l’intérêt de la synchronicité, ma vie a changé, et je sais que jamais plus, elle ne sera comme avant.

Je reviendrai sur le paon plus tard, mais aujourd’hui je sais, que l’ubiquité qui vient à moi n’est pas le fruit du hazard et qu’il ne tient qu’à moi de le comprendre, et que mon Paon est là pour ça …

Ces quelques lignes pour mon grand-père qui s’est envolé ce soir, sans qui le paon ne serait pas dans ma vie. Repose en paix, je t’aime.

Prenez soin de vous ❤

Compter

Les morts du coronavirus se comptent tous les jours dans le monde, c’est devenu une statistique quotidienne que nous suivons, et pour laquelle nous agissons, en restant chez nous.

D’après planetoscope.com « La mortalité dans le monde correspond à 1,81 décès chaque seconde sur Terre, soit 109 par minute et près de 157.000 décès par jour, soit près de 57,3 millions chaque année ».

YAM’S #confinement

Dans les pays riches, la première cause de mortalité est le tabac, environ 7 millions de personnes par an.

Je prends l’exemple du tabac, car je fume, mais nous estimons que 40% de décès prématurés sont dûs à notre environnement, dont la pollution de l’air.

Le COVID-19 attaque les poumons, jusqu’à ce que l’homme ne puisse plus respirer.

L’homme produit des gaz à effet de serre déjà présents naturellement dans la nature, mais le notre est « très corrosif pour les voies respiratoires et les plantes ».

Je crois que le COVID-19 est une leçon. Il nous montre de façon concrète ce que nous sommes tous en train de faire subir à notre terre.

Je pense sérieusement qu’arrêter de fumer peut-être un premier pas vers l’acceptation de ma responsabilité. Ma dépendance au tabac … ne sera je l’espère bientôt, qu’un mauvais souvenir. Si je ne meurs pas du COVID-19 avant …

Prenez-soin de vous ❤

Wonder Salima

Arrivée au monde le premier jour de l’année astrologique en 1980, tôt dans la nuit, du 21 mars. Je suis née leader, je suis Bélier, je suis en-tête de course quoi qu’il arrive et pour la vie !

L’horoscope Télé Z a bercé mon adolescence, chaque semaine pendant des années je lisais avec optimisme les quelques lignes qui annonçaient ma semaine à venir, j’avais même observé qu’une fois sur deux mon horoscope avait juste. Quelques années plus tard, c’est sur le portail Free que je glanais mon horoscope, seul site internet autorisé au travail. Aujourd’hui c’est horoscope.fr qui fait mon bonheur en raccourci sur mon smartphone ! J’ai toujours été une lectrice de mon horoscope sans jamais m’intéresser à l’astrologie, sans savoir ce que voulait dire être Bélier. J’ai toujours accepté la critique, la moquerie même, sans jamais arrêter pour autant ma lecture préférée.

À l’âge de deux ans, je portais deux médaillons à mon cou, un bélier et une main de Fatma, en or. Ils ont tous les deux disparus de mon cou, volés, mais sont toujours dans cœur. Cela fait des années que je souhaite faire tatouer ces deux symboles sur ma peau, le temps est venu de passer à l’acte, après le confinement, ce sera le moment.

L’aura des Béliers est l’une des plus pures. Salima en arabe signifie celle qui est saine, intacte, pure, coïncidence, ou renforcement.

Je ne sais pas encore qu’elle est ma mission ici, mais je sais aujourd’hui, 40 ans après ma naissance, que ma force est puissance, que je dois en faire bon usage, pour moi, pour ceux que j’aime, et tout ceux que je pourrais aimer bientôt.

Prenez-soin de vous ❤