Authentique

« En philosophie, c’est une vertu par laquelle un individu exprime avec sincérité et engagement ce qu’il est profondément. », il en est conscient et il l’assume, travaille sur lui et s’améliore ! Il a le droit à l’erreur, son cœur est pur !

Changer de point de vue sur soi à force de grandir, c’est se compléter soi-même, se venir en aide, avec bienveillance et humilité.

L’authenticité c’est un cadeau que l’on se fait à soi puis à l’autre, par amour de soi, et de l’autre.

« L’authenticité est la qualité de ce qui est authentique, vrai, pur. » de ce qui vient du cœur, du Soi profond.

Ouvrir son cœur, se présenter à l’autre avec ses failles, est – ce une erreur ? Faut-il attendre la guérison pour être authentique ou faut-il se cacher le temps de la guérison, et finalement se mentir et trahir l’autre ?

Être authentique c’est finalement si humain. L’humain puisse-t-il en avoir conscience …

Prenez soin de vous ❤

Et des autres ❤

Salima

Lovetimiste !

Freedom

Pour ne jamais oublier de rester libre, je me suis faite tatouée des petits oiseaux sur ma peau, parfaitement visibles, même avec une cataracte 🕊

Je fais de mon mieux pour que ma quête de liberté soit vaine, alors comme mon père je suis tatouée. Mon prénom sur sa peau était à mes yeux une grande preuve d’amour, malgré l’abandon. On aime comme on peut, on se répare si on peut, et on avance !

Le mois d’été sera le mois de tous les défis de joies et plaisirs !

Il a Juin il a tout compris !

Je suis lovetismiste 🕊

Prenez soin de vous ❤

Et des autres ❤

Salima

Génétique

Moi c’est Salima, fille de Habib ! Les pieds de mon père, et bien comme les miens en plus poilus. Pieds Normés Belghit !

Prendre soin de soi, c’est prendre soin de ses pieds, et les montrer fièrement, même dans un tupperware ! Quand le coronavirus m’a isolée chez moi avec moi, il m’est arrivé de ne pas me laver, alors la pédicure comme à l’institut ? Minimum syndical, qui fait du bien juste ce qu’il le faut, comme se toucher et se reconnecter à son corps, vider son esprit puis juste penser à soi, prendre soin de soi et de ses pieds fait du bien !

Mon père pour diminuer ses crises de OK, avait toujours un fil noir autour de son gros orteil. Une croyance, qui semblait fonctionner. Je n’ai pas le fil, mais bien l’hallux valgus ! La génétique a encore frappé.

Moi !

Papa !

« Si tu avais été encore dans nos vies, tu aurais bravé quelques règles pendant le confinement j’en suis certaine ! Tu aurais été auprès de ta Maman autant que possible, tu serais sorti faire nos courses, tu aurais tué Netflix avec Maman, et moi aussi ! Tu n’es plus là, mais tu as été de nombreuses fois dans nos pensées, avec nous, dans nos cœurs. Manuel est passé à la maison, Tintin t’a rejoint. Mais comme à chaque fois Papa, on s’en sort plus fortes que jamais, aimées et aimantes ! »

Prenez soin de vous ❤

Et des autres ❤

Salima

Boden

Boden, rouge brique, accueillant, chaleureux, il est là ❤

Quelle joie d’accueillir Boden à la maison ! Boden est mon nouveau compagnon de télétravail, mon fauteuil rouge rien qu’à moi ! Boss @ home ! J’aime l’idée de prendre du temps pour me ressourcer encore un peu, continuer à travailler de la maison et prendre du temps pour moi.

Je continue à ne voir que mes proches, nous préserver de trop de rencontres, et vivre dans un cocon d’amour infini. J’aime être isolée chez moi avec moi, et ceux que j’aime. I LOVE my Bodem !

Prenez soin de vous ❤

Et des autres ❤

Salima

Les Dés sont jetés ! 73 jours se sont écoulés, retour chez soi ! Quand le coronavirus m’a isolé chez moi avec moi, je ne pensais pas faire une cure de désintox et de rêves !

Rentrer chez moi a un été salvateur j’en suis certaine. Le temps s’est arrêté, j’ai aimé cette vie à deux, cet isolement, loin de mon autre chez moi, où je reviens dé-confinée ! Mon travail me donne le tempo, c’est incroyable comme l’entreprise, l’économie, le capitalisme dirige nos vies ! Bref …

Bobosh

Il fait beau, il fait chaud, j’ai de la glace et du Chardonnay, des masques et de nouvelles sappes, je suis presque opérationnelle, presque, car il me manque toujours ma chaise, et certainement encore beaucoup beaucoup à faire, découvrir et aimer ❤

Prenez soin de vous ❤

Et des autres ♾

Salima

… en ligne

« La mode est une traduction du lien corps-esprit, note la philosophe et psychanalyste Marie-Laure Colonna. Plus on se sent bien, plus on ose. Inconscient mais flagrant ! »

L’heure est au déconfinement ! Certains pensent aux retrouvailles, aux bières en terrasse, aux barbeuc entre amis, aux sorties shopping …

Moi, je pense à sortir pour marcher, bouger mon corps et me remettre en forme, c’est tout. Je ne pense pas aux retrouvailles, car ce confinement n’a pas eu d’impact, les personnes que j’aime ne m’ont jamais quitté et les autres … ne me manquent pas.

Je me sens toujours en hiver, alors que l’été est proche … il est donc venu l’heure de shopper, de se faire plaisir !

Porter attention à soi, passe par de nombreuses actions, m’offrir de nouvelles fringues à toujours été mon plus gros kiffe ! J’ai commencé très tôt à m’offrir la pièce rêvée grâce à l’argent reçue de mes anniversaires, des achats souvent réfléchis pendant de longs mois.

Je n’ai pas la taille mannequin, et ma vie de shoppeuse est jalonnée de déceptions en cabine d’essayage, mais ces expériences parfois douloureuses n’ont jamais entaché mon envie de prendre soin de moi, et par je ne sais quel don, j’ai toujours eu un style, le mien !

Je n’ai jamais eu peur d’être remarquée, malgré qu’on m’y ait empêchée, parents, conjoints … une femme ronde doit cacher ses formes m’a t on appris … quelle tristesse !

Je ne recherche pas les griffes, je n’attache pas d’importance aux marques, au prix, mais plutôt à la couleur, la matière, la forme. Je ne suis pas une fashionista mais juste une femme qui aime les fringues, et qui se fait du bien !

Après avoir fait péter la carte bleu, reçus et renvoyer des colis, me voilà prête ou presque pour me déconfiner, avec confiance 😉

J’ai shoppé en ligne …

Prenez soin de vous ❤

Netflix

En 2013, lorsque Netflix débarque en France, je ne suis pas du tout mais alors pas du tout inspirée. Abonnée Canal +, je ne vois pas à cette époque payer encore pour regarder la « TV », que je n’ai d’ailleurs pas vraiment le temps de regarder.

Je ne comprends pas l’engouement à l’époque, ni les années suivantes. Dans mon imaginaire, Netflix est une plateforme pour ado. Je comprends que son arrivée en France est un événement, er aussi que ne pas l’avoir c’est hasbeen.

Mon métier m’oblige à m’intéresser à ces nouveaux modes de consommation de contenu filmographique, pour autant je ne deviens pas (encore) cliente.

Netflix est arrivé avec la Freebox Delta dans ma vie, et se voit fort utile depuis quelques semaines avec le confinement. Je me demande encore comment j’ai fait sans !

Je retourne la question dans tous les sens, et je pense que Netflix se partage. Comme toute bonne chose, sorties, voyages, livres, films, on aime à les partager et ça vaut pour les séries.

Confinée avec ma Maman, on aime découvrir une nouvelle série, un film et plonger ensemble des heures dans Netflix grâce au compte de ma petite sœur.

C’est tout nouveau pour moi, alors que Netflix a 7 ans déjà en France, et j’espère continuer de temps en temps à m’évader devant l’une de ses oeuvres mêmes commerciales, car finalement cette créativité est intéressante.

Prenez soin de vous ❤

Enfance

Plonger dans les albums photos à toujours été un plaisir, et cela depuis ma plus tendre enfance.

Enfant, ce que j’aimais, voir mes jeunes parents en photo, ma mère particulièrement, belle, blanche, mince, souriante, j’étais éblouie par sa beauté. Mais aussi mon père, beau, maghrébin, mince, souriant, j’étais fascinée par son charisme.

Mais j’aimais aussi me voir, j’aimais me rappeler ces moments de vie, en famille, à la Barbinière, en Suisse, dans notre tout premier studio, voir nos voitures, nos animaux. Je connais ces albums photos par cœur, ils ont construit mes souvenirs avec le temps, les ont façonné en me permettant de garder intact ces émotions, dans mon corps, mon cœur, mon âme.

Comme les bons petits plats de ma grand-mère me manquent, comme elle me manque. Solange, de son prénom, me manque. Je suis assez fière d’avoir hérité de la première lettre de son prénom, le S. Cette photo est une opportunité de renouer avec elle.

Les premiers pas vers les labeurs, c’est tout l’objet du choix de cette photo où je reproduis exactement ce que ma mamie réalisait chaque matin, soigner les chevaux. Le travail c’est la vie, ma vie, mon besoin d’activité est viscéral car je ne sais vivre autrement, je commence à en comprendre l’origine, et ces photos vont m’y aider, ma carrière est loin d’être terminée, il est temps d’aller plus loin.

Et puis d’un coup, vêtue d’une djelaba, fièrement portée, je bascule vers la fin de mon enfance, prête à vivre mon adolescence. Je ne savais pas que j’étais si jolie à l’époque, je ne savais pas que mon sourire était déjà ma force. Je ne savais pas encore qui j’étais et que déjà, j’avais survécu …

Il n’y a pas de doute, c’est dans l’enfance que l’on trouve nos réponses, pour comprendre qui nous sommes, et décider de ce que nous voulons être.

Prenez soin de vous ❤

Leader digital

Workplace –17 Février 2016 : lancement officiel de l’outil collaboratif « Facebook at Work » (en pilote) au sein de la Direction de la Relation Abonné de Free – choisie pour être l’un des premiers clients Facebook at Work France – Lancement en présence de Facebook => Devient Workplace le 10 octobre 2016

De 2016 à 2018

J’ai animé la communauté de Freehelpers pour l’activité Mobile de Free, en créant un groupe Workplace réunissant tous les collaborateurs de l’activité, conseillers, managers, directions de centre de relation abonné, travaillant en France et au Maroc. C’est ainsi qu’est né le premier groupe activité de la DRA sur Workplace.

C’est au sein de ce groupe que j’ai commencé à rédiger mes premiers articles afin de donner une visibilité globale à tous les collaborateurs : résultats des performances, actions et projets en cours, mais aussi créer des publications pour communiquer rapidement sur les nouveaux produits et services, ou encore pour relayer les informations du groupe comme les résultats chaque trimestre et féliciter les équipes. J’ai ainsi développé une forte proximité, j’ai développé les échanges entre Freehelpers, initier le partage de bonnes pratiques, et montrer l’exemple sans m’en rendre compte en étant extrêmement présente et disponible.

Je suis partie du principe qu’en qualité de responsable de l’activité mobile de Free à l’époque, il était de mon devoir de m’emparer de ce nouvel outil digital et d’accompagner son usage, en l’utilisant intelligemment au service de l’activité.

J’ai donc reçu pour les années 2016 et 2017, le prix de best contributeur Workplace, prix créé par la direction afin d’encourager l’usage professionnel du réseau social. Prix légitime pour la communauté au regard de mon activité.

Des anecdotes me reviennent en tête, on disait de moi, que j’avais dû installer un automate pour liker et commenter tant j’étais présente sur tous les groupes et les profils, et que je ne dormais pas !

Je suis assez fière de ces premiers pas, car ce groupe #savmobilefree et son animation ont fait des petits, il existe aujourd’hui 7 groupes activité officiels, qui réunissent des milliers de collaborateurs et qui sont animés en partie par les supports métier, membre du pôle qualité que je dirige aujourd’hui, sans parler des groupes plateaux activité pour chaque centre de contact, tout aussi nombreux.

Il a aussi été créé un groupe portant la connaissance et donc les nouveautés, qu’il s’agisse des offres et services de la marque Free, mais aussi des procédures ou outils permettant de répondre à nos Freenautes, là encore inspiré de mes nombreuses publications, tout ça est déjà bien loin pour moi aujourd’hui, car le digital va vite !

De 2018 à aujourd’hui

Dans le cadre du projet de démarche qualité 2.0 que je porte, qui se veut collaboratif, et au regard de l’usage de Workplace qui devait être amélioré encore deux ans après son arrivée, j’ai eu l’envie de poursuivre mon accompagnement et j’ai donc pensé que le premier projet qualité à mettre en œuvre était de rédiger une charte qualité, c’est ainsi qu’avec deux autres best contributeurs Workplace, nous avons rédigé une charte de bonnes pratiques. Celle-ci permettant d’accompagner la nouvelle démarche qualité, qui se veut moderne, innovante, collaborative et humaine, et qui ne peut voir le jour, être efficiente que si tous les salariés s’investissent.

Cette charte a permis d’optimiser l’organisation et l’utilisation de notre espace virtuel, afin de le rendre encore plus collaboratif. Cette charte a été déployée via un roadshow sur tous nos centres de contact, et nous a toutes et tous engagés à apporter une méthode commune, tout en laissant les contenus libres et une place importante à la créativité, exactement comme j’avais pu en profiter pour m’exprimer en qualité de manager transverse.

Femme du digital

Accompagner le travail d’aujourd’hui et de demain via Workplace me paraissait évident en 2016, et l’est encore aujourd’hui. Je ne m’imagine pas faire vivre la qualité au sein de la DRA Free sans Workplace aujourd’hui.

Je viens renforcer avec mon équipe que j’ai monté en compétence évidemment sur Workplace l’idée, que l’intelligence collective est au cœur de nos projets et que Workplace est le seul et unique moyen de décloisonner, faire tomber les barrières.

Chacun de nous prend conscience de sa contribution pour améliorer efficacement notre système qualité grâce à Workplace.

Parce que j’ai toujours été convaincue par l’outil et que je suis passionnée par mon métier, je n’ai jamais lâché le projet Workplace et cela n’a pas toujours été facile. J’ai été très exposée, et je le suis encore. Je suis très présente et, je m’efforce de rester informée, et proche des collaborateurs, ce qui peut parfois gêner, car ma capacité de travail sur le réseau est en effet très importante, et de qualité, en plus du reste de mes missions, qui sont nombreuses 😉

Lorsque je rencontre les collaborateurs pour la première fois, on me dit souvent que je suis comme sur « Workplace », et l’on me demande souvent comment c’est possible, alors je réponds que je suis simplement sincère dans ma démarche, et que je ne choisis pas les mots, qu’ils viennent du cœur ! Je pense qu’il faut rester soit même en ligne, c’est le secret.

Workplace me permet de libérer ma créativité, de développer de nouvelles idées et d’être plus rapidement dans l’action ! Et que si on prend le temps, alors je rajouterai que l’on peut développer sa bienveillance et la confiance des uns envers les autres, voir sa propre confiance.

J’accompagne également l’activité des réseaux sociaux en tant que mentor au sein de la DRA, et j’espère pouvoir apporter encore plus dans les semaines et mois à venir, car je suis certaine que l’avenir de la relation abonné se trouve ici, que les BOT seront importants, mais que les mots sincères des Freehelpers le seront encore plus 😉 

Prenez soin de vous ❤

Paon

Forcément, je reviens écrire au sujet de mon nouveau compagnon. Le paon ne me quitte plus, il est avec moi tous les jours, il ne rate aucune occasion !

Au commencement, je n’imaginais pas que le paon deviendrait mon animal totem, je ne savais d’ailleurs pas ce qu’était un animal totem, et encore moins que l’on pouvait y croire, surtout moi.

À force de croiser mon paon, j’ai commencé à faire quelques recherches si et là, grâce à « google est ton ami », et m’ouvrir à cette curiosité.

On dit que « ceux qui ont le paon pour animal totem avancent sur un chemin sacré, spirituel, et sont emplis d’amour pour la vie entière ». Lorque je lis cette phrase pour la première fois, c’est une telle évidence que je m’empresse de poursuivre mes recherches. Je suis depuis trois ans dans une telle quête de mon « moi », que mon paon devient mon guide, il me montre le chemin, qui je sais est encore long.

« L’apparition du paon nous suggère de nous concentrer sur le neuf, le nouveau et de laisser le passé derrière soi. » Et c’est exactement ce que j’entreprends, et le paon m’y encourage avec sa présence. J’ai partagé avec mes proches mon histoire avec le paon, et je suis là aussi encouragée comprendre. Je reçois beaucoup de photos de paons, ce qui me conforte encore plus dans mes choix, car ce ne sont que des pensées d’amour des miens, dans ma curiosité

Mon paon d’aujourd’hui est beau, il est le fruit de ma nièce, ma carte d’anniversaire reçue aujourd’hui, confinement oblige. N’est-il pas doux ce paon ?

Le paon est certainement présent pour que je développe ma confiance en moi et gagner en alignement ! Je vais donc poursuivre et continuer à travailler avec lui, pour une vie meilleure !

Prenez soin de vous ❤